Logo - les Éditions Francine Breton - Pour un livre sur le récit de votre vie.

[image: plume]Roland Pinsonneault

Titre: Le cri du Pinson, Roland Pinsonneault se raconte
Collection: «Autobiographie», septembre 2001

«Prix littéraire Roland Pinsonneault»
remis à Jean-Pierre Leclerc

Témoignage

Bonheur d'une rencontre

C'est un grand privilège et un incomparable plaisir pour moi que d'avoir connu Roland Pinsonneault. La rencontre fût intime, parce que sans fausse pudeur, il m'a ouvert le journal de ses souvenirs avec générosité, patience et amitié. Il m'a fait découvrir son monde avec rigueur, tendresse et humour. Nous avons fouillé ensemble dans les multiples boîtes à chaussures et albums dans lesquels il a classé, ou simplement entassé près d'un siècle de photographies, de faire-part, de correspondances diverses... Je tiens à remercier toutes celles et ceux qui ont apporté leur précieuse contribution, par leur témoignage, leur compagnonnage, ou leur collaboration d'une façon ou d'une autre, à la réalisation de ce document. Je suis certain qu'ils, elles se reconnaîtront.

Je ne peux m'empêcher de souligner également le plaisir de la rencontre entre deux francophonies, pour ce que nous avons en commun, et pour la saveur de nos différences. Tout comme Roland, je viens du sud-ouest, mais d'un autre; celui de la France. Tout comme Roland, je suis né et j'ai vécu une bonne partie de ma vie sur une ferme; et enfin comme lui, j'ai migré vers l'Ouest. Sauf que c'était beaucoup plus tard, et que mon nouvel Ouest, n'est autre que l'Est de Roland: le Québec. Curieusement, c'est aussi notre ancrage commun. Au travers Roland Pinsonneault, pour l'amitié et l'affection que je lui porte, je tiens à saluer cette terre d'accueil qu'est le Canada, et je remercie tous les Fransaskois et les Fransaskoises pour leur accent qui me rappelle, avec bonheur, celui de nos ancêtres de l'Ouest du vieux continent. La plupart de vos noms me sont familiers, même si je ne sais plus si je les ai entendus à Montréal, Trois-Rivières, La Rochelle, ou Concarneau. «Le Pinson» m'a donné le goût et l'occasion de vous connaître davantage et c'est une réelle chance.

Au plaisir et à la prochaine.

Jean-Pierre Leclerc