Logo - les Éditions Francine Breton - Pour un livre sur le récit de votre vie.

[image: plume]Deux enfants de la DPJ...

Extrait d'une entrevue télévisée à...

CHEM TVA Trois-Rivières - Le 5 octobre 2005

Deux enfants de la DPJ heureux d'être adoptés
par Chantal Carignan

Le documentaire «Les voleurs d'enfance» de Paul Arcand s'attaque à la machine qu'est devenue l'Association des centres jeunesse. Malgré les lacunes, il y a tout de même des histoires qui finissent bien pour les enfants de la DPJ. Nous vous racontons celle de Jeanne et Jérémie. Tous deux ont été adoptés par les Sauriol-Duchesne.

La vie des Sauriol-Duchesne est comme un roman. Sylvie Sauriol en a fait un récit et s'apprête à lancer son livre dans deux semaines. Ses personnages: Jeanne et Jérémie. L'adoption de Jeanne s'est fait par consentement, elle qui est née avec une malformation cardiaque. Elle a eu quatre opérations à coeur ouvert. Jérémie, lui, a connu un tout autre parcours. Entre trois mois et deux ans, il a connu quatre foyers. Le couple Sauriol-Duchesne donnait des chances à ses parents.

Une chance aux parents et non à l'enfant. La DPJ s'attaque depuis les trois dernières années à ce problème et demande des modifications à la Loi sur la protection de la jeunesse. Une façon d'éviter les trop nombreux déplacements.

En Mauricie, 13 enfants québécois ont été adoptés en 2004-2005. C'est peu comparé à la cinquantaine d'adoptions internationales.

Les Sauriol-Duchesne se défendent d'être courageux. Ils ont fait le pari d'être heureux. Pour eux, la DPJ est synonyme de bonheur.

La Loi sur la protection de la jeunesse a pris un coup de vieux. Les libéraux s'apprêtent à la modifier dès cet automne. Les intervenants espèrent ainsi avoir le pouvoir de faire passer les intérêts de l'enfant avant les problèmes de ses parents.