Logo - les Éditions Francine Breton - Pour un livre sur le récit de votre vie.

[image: plume]Témoignages

Nés dans le brin de scie
par Colette Côté

Voici quelques témoignages venant de lecteurs qui ont été inspirés par ce livre. Lisez aussi les commentaires de nos auteurs qui partagent leur succès avec la réalisation de leurs oeuvres.

Lise: Je savais que mes parents n'avaient pas eu la vie facile. J'avais bien entendu des faits ici et là, mais toute leur vie dans un livre ce n'est pas croyable. Votre livre est extraordinaire! Quel beau souvenir pour mes enfants et mes petits-enfants! On est chanceux: il n'y a pas beaucoup de familles dans le monde qui peuvent pouvoir lire un livre sur leurs parents. Encore un gros merci du fond du coeur.

Lucie: Enfin, je prends le temps de vous écrire pour vous donner de nos nouvelles! Comme nous avons été heureux de participer à la soirée des Lafrenière. Mais quelle belle famille... Oh! Sûrement avec leurs haut et leurs bas, mais surtout ce qui se dégage de cette famille, c'est «l'union fait la force». Mario et moi avons eu l'impression de faire partie de cette famille un court instant. J'ai pu rencontrer et jaser avec quelques membres de cette chaleureuse famille... Ces rencontres nous ramènent aux sources. L'amour, la communication, le plaisir simple d'être avec des gens qu'on aime, la musique, les conversations chaleureuses... Voilà ce que nous avons ressentis! Que d'émotions lorsque Chantal a lu sa préface du livre! J'avais l'impression de vivre un dialogue avec ma grand-mère qui est décédée depuis plus de 20 ans déjà. Évidemment, lors du retour, j'ai pu prendre connaissance du livre et que pourrais-je vous ajouter de plus! C'est ce que l'on ressent à travers la lecture du livre au complet. J'ai constaté qu'on n'a pas besoin d'être des Lafrenière ou apparenté à cette famille pour faire la lecture de ce merveilleux témoignage d'amour. Ce livre nous remet en question sur nos valeurs familiales, nous permet de vivre des sensations de bonheur, de rire et d'émotions fortes. Ce livre nous permet de constater combien il est important d'avoir nos héros ou nos modèles de vie afin de laisser nos traces pour les générations futures. C'est dans la simplicité que nous évoluons constamment. Cela a été un baume sur mon coeur et sincèrement, je crois que cela le sera pour tous ceux qui le liront. Tout est raconté avec une main de maître... J'aimerais tant que l'histoire de ma famille maternelle, soit racontée avec autant de finesse. Merci Colette ainsi que la famille Lafrenière de réaliser vos rêves les plus fous, car vous êtes un exemple que nous voulons suivre.

Mario: Le livre est très bien écrit. Je le relis présentement. J'y vois un peu plus clair! Je ne pouvais lire que quelques pages du coup. J'avais trop d'émotions! J'attendais d'avoir des commentaires de ceux et celles qui avaient acheté le livre. Les émotions ne se réservent pas seulement aux membres de la famille, je vous le jure. Une dame m'a dit qu'elle avait trouvé le commencement «pas mal rude». Je lui demande ce qu'elle voulait dire. J'étais quasiment insulté. C'était sa façon de dire qu'ils avaient eu la vie dure. Une autre m'a dit que son mari ne lit presque jamais et que ça faisait un grand bout de temps qu'il n'avait pas lu un livre! Il n'a pu le laisser de côté et il l'a lu en deux jours.

Dany: Hier, j'ai terminé de lire un livre, il était tellement bon, je te le conseille fortement. Je suis certaine que tu l'aimeras. Le titre est «Nés dans le brin de scie». Si tu veux, je te le prêterai. HA! HA! HA! ... Je l'ai adoré. C'est magnifique. Bravo et félicitations. Je suis très sincère quand je te dis que j'ai adoré ton livre, à tel point que la semaine prochaine, je vais l'apporter à ma soeur à Hull.

Laurette: C'est merveilleux tout ça. J'ai éprouvé beaucoup d'émotion quand j'ai lu ton livre, car je l'ai dévoré en quelques heures, c'est-à-dire, je l'ai reçu hier matin et j'ai fini de le lire ce matin. J'oserais même dire que je revoyais le roman «Les filles de Caleb». Tu es super... et je vais le relire encore bien des fois. C'est émouvant tout en étant drôle par moment, mais les gens de cette trempe-là n'existent plus, je crois. Quel courage ils ont eu! Recommencer et recommencer! J'aurai naturellement plus de commentaires après le lancement de septembre.

Jacques: Chère Colette, Votre oeuvre ressemble à une peinture naïve... une suite de petits tableaux de la vie quotidienne racontée simplement, très colorée et remplis de petits détails qu'on se plaît à découvrir.

Hélène: Bonjour Colette, tu as fait la demande de te donner des nouvelles du dernier livre que tu as écrit et voici que je viens donner mes impressions. Nés dans le brin de scie. Qu'ai-je à en dire? Je vois une femme assise à son clavier tapotant les lettres pour en sortir une musique dont elle tente de connaître la mélodie. Elle a entendu, elle veut que d'autres apprennent ce qu'elle-même apprend, mais je sens surtout qu'elle veut se dire. Elle choisit l'autre pour s'éclipser et tenter de biais un héritage à léguer. Je reconnais la servante qui veut plaire donnant tout d'elle-même, s'oubliant, mais espérant que l'on reconnaisse malgré toute sa valeur. Tout au long du livre, je sens le pas de cette femme se feutrer à travers un choix de vie particulier. Ainsi, la précision des événements et des gens rattachés à ces événements nous prouve une justesse intentionnelle. Ce soin méticuleux à être la plus juste possible dépeint bien l'auteure qui se veut perfectionniste. A l'intérieur des lignes, nous pouvons visiter cette perfection des lieux, des temps, des noms. Nous y voyons donc la qualité de l'écrivaine qui raconte. Cette femme n'écrit pas n'importe quoi: elle dévoile un passé vrai, vécu par des proches. Elle souligne tous les charismes et les talents des uns dévoilant par le fait même les siens. Tout est solide et fragile. Tout est solide parce que l'écriture légère et fluide donne l'histoire de manière agréable à lire. Tout est fragile parce que dire sa famille, c'est se dire également. Et là je critiquerais: «Pourquoi pas la biographie?» L'auteure, je sais, a tant à dire d'elle-même. Il ne faut pas croire qu'écrire est de dire l'histoire des autres. Je n'enlève aucunement l'idée de vouloir garder de réels souvenirs d'une époque qui perdure dans le temps, mais je sais pertinemment que de ne pas laisser une trace aussi imprégnée que la sienne est un manque à l'histoire. Que l'auteure se lève, je lui fais son procès. Oui, je dis que cette écrivaine est capable de donner encore plus que les autres. Elle peut se donner elle-même. Oui je dis que cette femme de don est capable d'écrire le livre de sa vie. Elle a le devoir de léguer son propre héritage à ceux qui la suivent. Oui, je dis que cet être humanisé est capable d'humecter par son expérience racontée la terre sèche de ceux qui ont soif. Oui, je dis que cette amoureuse est encore capable de s'aimer elle-même pour se donner complètement à l'histoire. J'entends les pas de cette auteure, je saisis la musique, je vois la beauté de ses oeuvres, mais je cherche à la lire autrement. Si elle me racontait sa vie, j'y verrais toutes les raisons possibles à ses choix, je comprendrais sa vision, mais surtout, je la verrais enfin telle qu'elle est. Coupable, levez-vous: Si vous écrivez un autre livre, que ce soit sur votre vie si riche. Vous devez partager ce que vous êtes pour que d'autres soient à cause de vous. Tel est le verdict que la cour vous propose Vous êtes de la trempe des grands, vous avez le droit d'être connue et de servir de modèle. Colette, je me permets d'être sévère non pas à cause de la belle lecture que tu m'as permis de faire, mais bien parce que tu dois laisser ton héritage, toi aussi. On a tant le goût de te lire, toi.

Pour nous faire parvenir votre propre témoignage sur ce livre, n'hésitez pas à nous joindre.